REVUE DE PRESSE Archives ACCUEIL
FLASH
ACCUEIL

La Ville de Dijon dans la roue de Paris
Centre-ville : Les 4 x 4 en terrain miné

Les Verts ont fait adopter un vœu au conseil municipal de Dijon, afin que « l'accès au centre-ville soit rapidement dissuasif aux véhicules les plus polluants ». La cible n'étant autre que les 4 x 4.


La Ville de Dijon s'est placée, lundi soir, dans les roues de la capitale parisienne en ce qui concerne les 4x4. Certes, le vœu présenté par les Verts dijonnais (revu à la baisse par rapport à leur première mouture), en toute fin de conseil municipal, n'est pas allé aussi loin que celui de leurs collègues franciliens mais il a auguré, à terme, d'un véritable tournant. puisqu'il précise : « Préoccupé tant par la raréfaction des ressources pétrolières, par le changement climatique que par la santé et la sécurité de ses concitoyens, l'accès au centre ville doit être dissuasif, dans les meilleurs délais, pour les véhicules les plus polluants et des campagnes d'informations ciblées sur l'utilisation des 4x4, compte tenu de leur dangerosité, doivent être intégrées au Plan de déplacement urbain ». Naturellement, serait-on tenté de dire, ce vœu a suscité le débat : Jean-Patrick Masson, adjoint écologiste, a justifié cette politique en reprenant les simulations alarmantes sur le réchauffement climatique pour les décennies à venir effectuées par l'ONERC (Office national sur les effets du réchauffement climatique) : « Si nous ne faisons rien, les étés les plus frais en 2050 seront au niveau de l'été 2003 et du drame caniculaire que nous avons connu. La maison brûle et nous regardons ailleurs, selon la formule de Jacques Chirac. Je vous propose de cesser de regarder ailleurs ». Et ce vœu de montrer du doigt « les véhicules à 4 roues motrices qui consomment 48 % de carburant de plus que les berlines et avec des émissions moyennes de CO2 de 232g contre 146g ».


Le député UMP Jean-Marc Nudant, au nom de la Coordination pour l'avenir de Dijon, prit une tout autre route, lançant avec ironie : « Pourquoi ne pas amender ce texte pour décréter la circulation automobile totalement interdite sur la commune ? Plus sérieusement, tous les attendus de ce vœu méritent d'être contrôlés et vérifiés. C'est pourquoi, nous ne prendrons pas part au vote ».
L'opposition ne fut pas la seule à marquer sa désapprobation : les communistes choisirent également de ne pas prendre part au vote,
« Grand plaisir à conduire »


André Gervais expliquant : « Les 4x4 consomment beaucoup mais ils ne sont pas les seuls. Nous sommes d'accord pour prévenir mais il ne faut pas pointer du doigt quelques catégories de véhicules mais plutôt augmenter la communication nationale sur les véhicules propres ». Il en alla de même pour le PRG, Jacqueline Garret prenant, notamment, la défense des emplois dans le secteur automobile. Pierre Pribetich, pour le PS, expliqua que « les termes de ce vœu étaient un peut forts ou verts, au sens du fruit, mais qu'il symbolisait un geste concret, symbolique au moment où la communauté d'agglomération s'inscrivait dans le développement durable ». Le dernier mot revint naturellement au maire socialiste François Rebsamen : « Il ne s'agit pas de faire la chasse aux voitures. Moi-même, j'ai grand plaisir à conduire. Mais, au centre ville, il n'y a pas lieu de se déplacer en 4x4. C'est une question de santé publique, aussi allons-nous informer sur l'utilisation de ces véhicules. L'idée est de limiter autant que faire se peut l'utilisation de la voiture au centre ville, comme nous l'avons fait avec la mise en place de la navette DiviaCity ». En l'absence de plusieurs élus, eu égard pour certains à l'heure tardive et, pour d'autres, notamment dans les rangs de la majorité, à leur souhait de ne pas participer à ce vote, le vœu écologiste fut adopté. Au centre ville de Dijon, les 4x4 ne sont, certes, pas interdits mais ils ne sont plus les bienvenus.
Dijon s'est mis lundi soir au vert !

Xavier GRIZOT

L'interdiction n'est pas (encore) de mise

Le vote de ce vœu n'interdit pas aux 4x4 de circuler, pour l'instant, dans le centre ville de la capitale régionale. La municipalité dijonnaise, comme parisienne d'ailleurs, ne dispose pas des moyens administratifs pour interdire la circulation de tel ou tel véhicule. La Ville peut interdire la circulation dans une rue, réaliser des pistes cyclables ou des voies en site propre pour les bus, mais elle ne possède pas de pouvoir discriminatoire. Cependant, dans le cadre du plan de déplacement urbain, elle réfléchira à des orientations pour limiter la circulation des véhicules les plus polluants. A terme, d'ailleurs, tout porte à croire que la piétonisation du centre ville s'accentuera. D'ailleurs, Pierre Pribetich, adjoint délégué aux grands projets urbain, l'a laissé entendre lundi soir, en citant l'exemple de Rome, « où le cœur de la ville est interdit à la voiture, alors que celle-ci est véritablement reine en Italie ».

Mis en ligne le Jeudi, 18 novembre 2004
--------------------------------------------------------------------------------
© Copyright Le Bien Public

 

Liens :